by

Plus d’un salarié sur deux rêve de changer de métier. Peut-être faites-vous partie de ceux-là? Quelques signes qui vont vous aider à faire le point avant d’envisager la suite à donner à votre carrière.🗼

Comme tous ceux qui se sentent prêts à faire le pas et bien que vous vous sentiez au bout du rouleau, vous continuez à vous trouver des excuses semblables à celles-ci:

🔆 « Je n’ai pas à me plaindre, il y a pire! »,

🔆 « On sort à peine de la pandémie, ce sera plus facile dans deux ans »,

🔆 « J’ai un salaire régulier, des vacances… je ne trouverai pas mieux… »

📌 En effet, pour la plupart d’entre nous, la volonté de changer reste une belle idée, un rêve que l’on caresse les soirs où rien ne va plus. Et pourtant, le sentiment de frustration, la présence de besoins qui ne sont pas comblés, l’impression d’avoir perdu le sens de ce qu’on fait, entament le moral bien plus qu’on ne l’imagine.

➡️ Aussi est-il nécessaire d’être vigilant et de repérer les signaux qui nous montrent qu’il est temps de partir! Ce ne sont pas les mêmes pour tout le monde, ils dépendent de ce qui est le plus important aux yeux de chacun.

➡️ Pour certaines personnes, la lecture de ces signaux provoquera un changement de poste, d’entreprise ou de secteur, pour d’autres, elle entraînera le développement d’une deuxième activité.

1/ Votre corps tire le signal d’alarme

Si vous avez la boule au ventre le matin en vous rendant sur votre lieu de travail, si vous dormez moins bien, si vous perdez l’appétit, vous devez vous interrogez sur l’origine de ces dysfonctionnements. De la même manière si vous constatez que vous manquez de patience et devenez de plus en plus irritable ou au contraire, que vous ne vous sentez plus concerné et que vous manquez de motivation, il est alors opportun de prendre du recul et de commencer à faire le point afin d’identifier s’il s’agit d’un malaise passager ou d’une crise plus profonde.

La limite intervient lorsque le corps « parle » et appelle au changement.

📌 A partir du moment où vous commencez à somatiser, le burn-out n’est sans doute plus très loin, il est alors plus que temps de bifurquer vers un chemin plus en accord avec vos valeurs.

2/ Vous êtes de moins en moins enthousiaste

Si votre travail n’est plus un lieu d’épanouissement professionnel, si vous n’êtes pas heureux de vous lever le matin, si vous êtes en désaccord avec ce que vous faîtes, cela se traduira au quotidien par un manque d’énergie.

Prolonger son temps de pause, garder l’œil sur la montre, s’éterniser sur un dossier qui ne demandait pourtant que quelques minutes, se perdre dans des recherches inutiles sur google… autant de signes qui montrent un ennui peu propice au bonheur au travail.

Le bore-out peut provoquer tout autant de souffrance que le burn-out!

3/ Vos relations de travail ne sont pas satisfaisantes

Bien que votre job vous passionne, vous ne vous sentez plus à l’aise avec vos collègues ou vos supérieurs. L’ambiance qui règne sur votre lieu de travail vous mine.

Vous ne vous reconnaissez plus dans les valeurs véhiculées par votre entourage professionnel ou vous ne vous sentez plus reconnu par le groupe, dans ce cas, il est préférable de partir. En effet, votre besoin d’appartenance, essentiel pour vous sentir épanoui, n’est pas comblé.

Reste à trouver ce qui vous convient le mieux: une start-up? une auto-entreprise? Un grand groupe ? Il suffit parfois d’un petit changement structurel pour que les choses s’améliorent considérablement!

4/ Vous avez l’impression que votre travail manque de sens

Votre métier est particulièrement apprécié, vous avez un bon revenu, pourtant, vous avez l’impression qu’il vous manque quelque chose. Vous ne vous sentez pas complètement épanoui. Selon Maslow qui illustre sa théorie par une représentation pyramidale de la hiérarchie des besoins, on ne peut se réaliser pleinement que si le besoin d’accomplissement -dernier niveau de la pyramide- est comblé. Ce besoin consiste à se réaliser en tant qu’individu en s’alignant avec ses valeurs profondes, avec ce qui fait sens pour soi.

C’est ainsi qu’une de mes clientes, Conseillère Pédagogique d’Éducation dans un établissement parisien a décidé de quitter un poste qui lui apportait pourtant un confort matériel, afin de devenir intervenante en collège et lycée en tant qu’animatrice d’ateliers de Communication Non Violente. Cette nouvelle orientation de carrière -plus en accord avec ses valeurs- lui permet de redonner du sens à son travail.

Parfaitement alignée avec elle-même, elle se sent à sa place.

5/ Vous attendez les jours off avec une impatience excessive

Dès que vous commencez l’année, vous faîtes le compte des jours fériés et vous vous posez périodiquement cette question: « combien de jours me reste-t-il à « tenir » avant mes prochains congés ? » Une cliente me disait: « Je ne me sens vivante que pendant les week-end et les vacances ». Cette question pointe du doigt un malaise. Si la plupart d’entre nous attend les week-end et les jours de vacances avec impatience, organiser sa vie professionnelle autour de ces moments, montre un véritable problème qui nécessite d’entamer une réflexion sur la pertinence de son job.

6/ Votre intuition vous le dit…

Si votre petite voix se fait entendre et vous dit qu’il faut partir, ne la négligez pas. Elle sait ce qui est bien pour vous, et même si votre travail actuel vous paraît « suffisamment satisfaisant », n’oubliez pas que vous serez bien plus efficace, enthousiaste et épanoui dans ce que vous ferez avec passion. Vous avez des talents, souvent négligés, refoulés, ignorés qui ne demandent qu’à être développés.

Ne vous résignez jamais. Vous pouvez changer de travail et même de voie à tout âge. Autorisez-vous à devenir pleinement vous-même, vous avez le droit d’être heureux dans votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close Search Window

Ce site web utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.  En savoir plus